Picardie

Bijoux des régions de France - bijoux picards

 

La croix d'Amiens

             
croix d'Amiens en argent

 

 



croix d'Amiens en argent

 

La croix dîte de Picardie

 

 


croix de Picardie,
or et diamants taillés en table
    
croix picarde avec coulant,
or et diamants taillés en rose

croix picarde avec coulant,
or et diamants taillés en table

 

cliquez sur photos pour les agrandir en haute résolution

 

 


croix de Picardie, or et diamants taillés en rose
 

 


    Croix picarde, en or, argent et diamants
on remarque que le coulant est bien celui des croix flamandes "à la Jeannette".
Collectée à Vierzon....

 

 


croix picarde, argent et diamants

croix de Picardie, or, argent et diamants

 

J'ai fréquemment retrouvé ces croix, que j'ai nommées "croix picardes" (à débattre), dans la région allant de Compiègne jusqu'à Lille en passant par Amiens, mais jamais sur la côte nord où les croix de Boulogne et de la Flandre dominent.  Des croix identiques (croix flamandes) ont été fabriquées et portée en Belgique, ou elles sont assez courante.  Elles sont également similaires à une croix dite provençale dans la musée national des arts et traditions populaires (désormais Mucem), inventaire n° 01-1-82 en argent et quartz acheté par Lionel Bonnemère à Marseille avant 1901.  Notez la méthode d'assemblage; les petits hémisphères de la partie basse sont repliés sur les cônes de la partie haute sans soudure.  On doit considérer ces croix comme des croix flamandes adoptées dans la région de Picardie, en se rappelant qu’à l'époque qu'elles ont été faites et portées, leur lieu de production était occupé par la France.

 

 

 

 


Jean Louis Elshoecht (1760 - 1841), une femme de Picardie avec croix picarde, peint vers 1805,
The Bowes Museum, Angleterre

 

 


détail de croix picarde, peint par Jean Louis Elshoecht (1760 - 1841) vers 1805,
The Bowes Museum, Angleterre


 

 


Jean Louis Elshoecht (1760 - 1841), une femme de Picardie avec croix picarde,  peint 1805,
The Bowes Museum, Angleterre

 

 


Jean Louis Elshoecht (1760 - 1841) détail de croix de Picardie, peint 1805,
The Bowes Museum, Angleterre

 


croix en argent portée en Normandie
musée des traditions et arts normands, Martainville

 

 

La croix de Liesse

 

Depuis la douzième siècle la basilique de Liesse était un centre important de pèlerinage et Notre Dame de Liesse était très appréciée en Normandie et partout en France.  Au dix-huitième siècle, Monsieur Bailly, bijoutier à Liesse, en Picardie, exportait des nombreuses croix vers la Normandie.  Marguerite Bruneau dans son Histoire du Costume Populaire en Normandie, tome 1, détaille des dettes parfois considérables des bijoutiers normands envers Monsieur Bailly suite à leur faillite.  (1)

Nous connaissons très peu de choses sur la croix de Liesse.  De nombreux croix ont été exportées vers d’autres régions cependant aucune n'est mentionné sous l'appellation croix de Liesse dans les documents et testaments examinés.  Il est probable que des exemplaires de cette croix existent encore mais que ces croix soient connues sous un autre nom.  Un descriptif du dix-neuvième siècle de la croix de Liesse nous donne quelques indices : "qu’elle n’était qu’un mauvais estampage en 2 coquilles, dessus et dessous très mince.   Les chatons et les parties déliées étaient remplis de plâtre qui donnait de la rigidité et du poids.  Cette croix était de bas prix et se faisait presque exclusivement en argent.  On la fabriquait presque exclusivement à Paris."  (2)

Nous pouvons assumer que si les bijoutiers d’autres régions importaient ces croix, il y avait un avantage commercial pour l'artisan qui pouvait les fabriquer moins chères que ses clients.  C'est le cas pour une croix estampée, car le matériel requis pour la fabriquer est onéreux et nécessite de nombreux tirages pour être amorti.

 


médaille de Notre Dame de Liesse, bronze

 

 


médaille de Notre Dame de Liesse, or

 

 


croix de pelerin de Notre Dame de Liesse en bronze, verso
 
croix de pelerin de Notre Dame de Liesse en bronze, recto

 

 

Les seules croix en or ou en argent qui semblent remplir ces critères sont les croix papillons, les croix bosses et les croix picardes.  La première est effectivement trouvée dans d’autres régions de la France, même dans le sud, tandis que la croix picarde est certainement bon marché lorsqu'elle est fabriquée en argent et remplie de plâtre, cependant je n'ai pas encore trouvé des exemplaires hors de la Belgique et la Picardie.  Marguerite Bruneau, dans son livre Les Bijoux Normands, penche pour les croix bosses, qui sont aujourd'hui trouvées très occasionnellement dans d'autres régions. (3)  Le problème est que malgré le fait que plusieurs références parlent de croix bosses remplis de plâtre ou crin de cheval, je n'ai jamais rencontré une seule fourrée ainsi, et je crois que leur existence n'est qu'anecdotique.  Par exemple, aucune exemplaire dans la collection de la musée de Martainville n'est fourrée.  Toute information que vous avez pour résoudre ce mystère est la bienvenue.   PM

 

 
 

 


croix papillon
 en or, argent et diamants
 
 

 

 
 
 
croix flamande/picarde en
or et diamants taillés en rose
croix papillon
 en or, argent et diamants
  croix bosse en or   croix flamande/picarde en
or et diamants taillés en rose

 


 
 
Il est pourtant intéressant de noter l'évolution de la croix papillon flamande, dîte "croix à la Jeannette" avec le temps.  La troisième croix illustré ci-dessous a toute la forme de la croix picarde mais garde une version réduite de la partie haut et on voit que la croix suivante a un coulant dont la forme est basé juste sur le cône centrale de la partie haute de la croix précedante.  Peut-être il n'y a pas une seule croix de Liesse, mais une succession de croix qui ont changées pour suivre la mode......
 

croix papillon flamande, c1800-1840
 en or, argent et diamants

 


    croix papillon, c1800-1840
 en or, argent et diamants

 


croix dîte "provencale"
collection musée national
du château de Malmaison


croix picarde avec coulant,
or et diamants
taillés en table

croix de Picardie, or et
diamants
taillés en rose

 

 

L’histoire de Notre Dame de Liesse est fort intéressant, vous pouvez trouver le site de la basilique en cliquant ici.

 

(1): -  François Drouet, marchand orfèvre à Doudouville doit 1.177 livres (1789)
       -  Pierre Maloiselle, marchand bijoutier d'Ivril la Chausée doit 522 livres (1789)
       -  François Joutel, laboureur-bijoutier à Bretteville en Caux doit 1284 livres (1786)
       -  Vincent Coignard, marchand orfèvre bijoutier à Rouen doit 1284 livres (1786)
          9 UP2 à p6 Archives Départementales de la Seine Maritime

(2):   Lettre citée par E. Colin dans "Le mois à Caen".  8e année n°80.

(3):   BRUNEAU, Marguerite., Les bijoux normands, Cercle d'action et d'études normandes, 1976   

 

 

contenu:

Croix picarde, croix de Picardie, bijou régional, bijoux régionaux, Jean Louis Elshoecht, les bijoux traditionnels Français, bijoux des régions de France, croix de Rouen, croix bosse, croix régionale, croix papillon, croix à la Jeannette, croix flamande, bijoux picards, traditional French jewellery, jewelry, French regional jewellery, croix Jeannette, Marguerite Bruneau, croix de Liesse

 

 

Bijoux des régions de France - bijoux picards