Mariage

Les bijoux traditionnels français - le mariage

 

 

 


La noce de village par Samuel Luke Fildes

cliquez sur photos pour les agrandir en haute résolution

 

 

L'alliance

 

L’alliance, abbreviation d'anneau d'alliance, est un bijou très importante car échangée lors de la cérémonie du mariage.  Il était traditionnellement fait en or jaune ou en or rose massif, quelquefois en or creux voire en plaqué or pour les petits budgets. Les plus anciennes, appelées "tors", consistent en deux fils d'or enroulés. 

Des alliances jumelées, ou enlacées, étaient quelquefois offertes au début du 19ème siècle. Elles ont la particularité de s’ouvrir en deux anneaux distincts qui restent toutefois liés, et qui symbolisent les deux âmes réunies ensemble, séparés mais inséparables. Les noms du couple ainsi que leur date de mariage sont quelquefois encore visibles, gravés à l’intérieur.  En anglais ces alliances s'appellent "Gimmel rings", dérivé du mot jumelle.  Je pense que les alliances jumelées sont dérivés des bagues tors et que le symbolisme des deux âmes réunies s'appliquaient également aux bagues tors.  Ces alliances sont rares aujourd'hui car fragiles et difficiles à réparer ou à mettre à taille; le plupart ont été fondu il y a longtemps..


Aujourd’hui l’or blanc et le platine sont favorisés pour les alliances et avec la forte hausse du prix de l'or, multiplié par quatre en cinq ans, on remarque une tendance vers des bagues en acier inoxydable, titane et tungsten, pas chères. A noter qu’il existe des alliances spécialement faîtes avec des failles pour casser au cas où l’alliance serait prise dans une machine. Elles ne se sont jamais bien vendues, c'est regrettable car elles sauveraient beaucoup de doigts de l’amputation chaque année.

 


Alliance jumelée, daté 1884, or


Bague tors, or

Bague de mariage pour homme

 

 

 
Alliance triple ouvert

Alliance triple fermé

Alliance triple, vu ouvert et fermé

 


   Alliance double ou alliance jumelée, or 1830


Alliance double fermé

Alliance double ouvert daté 1822

 

 



   Alliance double ou alliance jumelée, or, vue fermée

 

 


   Alliance double ou alliance jumelée, or
vue fermée
 
Alliance jumelée ou alliance double, or 
vue ouverte

 

 


Paire d'alliances en or rose d'une couple, or gravée, 1896

 

 

 

Quatre vues d'une exceptionel alliance faite pour la mariage de Olivier de la Grange avec Laetitia Boyer, le 12 août 1846

 

 

 


Alliance ancienne en or rose

Alliance ancienne en or jaune
 
Alliance ancienne en or rose

Alliance ancienne en or jaune

 

  

      
Le treizain de mariage

 

Depuis au moins le 14ème siècle et peut-être depuis le temps de Clovis, le fiancé offrait à sa fiancée lors de la cérémonie un treizain de mariage. Le treizain consist en treize pièces ou jetons en or ou en argent.  Le nombre treize représente les douze apôtres et Jésus, et leur don symbolisait une compensation pour les biens apportés à l'union par la fiancée.  Le treizain de mariage était offert soit dans un étui spécial, soit dans une bourse ou un écrin. La bourse pouvait être en or, vermeil, argent ou soie. Une, voire trois des treize pièces étaient prélevées par le prêtre, les autres étaient prévues pour être gardées toute la vie mais elles étaient presque toujours dépensées un des jours de grand besoin qui arrive dans toutes les vies. C’est pourquoi les treizains complèts sont très rares de nos jours. Dans le trésor d'Erfurt, Allemagne, découvert en 1998, on remarque une boîte à trezain (vide) en vermeil datant du 14ème siècle. (1)

         


Les jetons françaises sont marqués avec des legendes divers: "pour épouser" - "pour espouser" - "denier tournois" - "denier de foy" - "de nous deux coeurs une seule foy" - "pour toujours unis" - "la foi nous unit" etc.  Les monnaies offertes étaient soit en or, soit en argent, ces derniers souvent dorés.  Les plus anciennes sont souvent des bractéates (du latin bractea, morceau mince de métal) où l'empreinte est en relief sur la face et en creux sur le revers.  Des paires de bractéates sont quelques fois soudés ensembles, on parle alors de bractéates assemblées.  Dans la collection de bijoux de la comtesse de Sault inventorié en 1595 se trouvait "une bourse en satin cramoisy dans laquelle y a 13 doubles pistolletz d'Espaigne et 13 petites pièces d'or, où sont gravées les armes de Créquy qui furent données à madame la comtesse à ses deux mariages." (2)  (Les pistolletz sont des pièces d'or espagnols). La tradition d'offrir un treizain a cessé en France mais continue aujourd'hui en Espagne où des bourses en velours avec treize jetons en argent sont encore offerts.


Treizain de mariage avec son étui,
bractéates en argent, circa 1750
(UNIS D'UN AMOUR ETERNEL)


 

 


Treizain de mariage,
bractéates en argent, circa 1750
(LA FOY NOUS UNIS)

 

La plus venerable référence sur les treizains de mariage anciens est celui de Jules Florange : L’amour et le mariage dans la numismatique, publié en 1936.  Je ne peux pas mieux faire que de citer quelques passages ici : (3)

 

     « Au tome VII du Dictionnaire de Trévoux, on lit : « Treizain.  Monnaie qui valait autrefois 13 deniers, qui était faite comme un sol, mais un peu plus large.  « Tudenarius perdenus »

     C’était la coutume autrefois de donner un treizain à la messe des épousailles, comme le dit Fauchet.  Frédégaire rapporte que les envoyés de Clovis allant fiancer Clotilde lui offrirent un sol et un denier, « per solidum de denarium desponsavit ».  Cette offrande était également en vigueur chez les Saxons, les Allemands et les Bourguignons.

     Dans le tome II du Dictionnaire des cérémonies et des rites sacrés (Collection Migne. Edition de 1848), l’on lit ceci :
     « 1° C’est une marque du douaire dont les parties sont convenues, que les lois appellent
pretium virginitatis ;
        2° C’est pour montrer qu’ils entrent en communauté réciproque de biens.

     Pourquoi bénit-on cette pièce de monnaie ?  1° Pour prier Dieu qu’il lui plaise de donner la bénédiction au travail des mariés et leur donner suffisance des choses temporelles, d’où vient qu’en certains lieux le prêtre, en mettant cette pièce de monnaie dans la main du mari, leur dit :Laboreo manuum vestarum manducabitis, beatis eritis et bene vobis erit.  2° Pour apprendre à ceux qui se marient qu’ils doivent faire un saint usage de leurs biens et ne servir que des voies justes et légitimes pour en acquérir. »

     Et dans le Manuel d’Arras les treize pièces sont données « en l’honneur de Jésus-Christ et de ses douze apôtres ».


Il convient de rappeler qu'avant la révolution, en France le système monétaire était basé sur le système Romain : douze deniers (denarius) faisait un sol (solidus) et vingt sols un livre (libra).  Il y avait donc 240 deniers dans un livre, pas facile pour faire des calculs !  (Cette système était remplacé par le franc Germinal par Napoléon en 1803 et, incroyablement, a perduré en Angleterre et ses colonies avec les pennies, shillings et livres jusqu’en 1971 pour Angleterre avec l'introduction du système décimal !)  Un treizain représentait donc un denier, la pièce le plus petite, et un sol, la pièce suivant.

 


Détail de denier de mariage,
bractéate assemblée en argent, circa 1750
'LA FOY NOUS UNNIS'  taille réel 10mm

 


Treizain de mariage avec son étui,
bractéates assemblées en argent, circa 1750
(DENIER TOURNOIS * POVR ESPOUSER)

      

 

 


Treizain de mariage, pièces de 25 centimes de 1844 dorées dans un écrin

 

 


Treizain de mariage,
bourse ou aumonière en or avec
douze pièces de 5 francs or

Treizain de mariage,
bourse ou aumonière en or avec
douze pièces de 5 francs or

Sélection de bourses ou
aumonières en or,
époque Napoléon III
     

 


Treizain (incomplet) fait avec des pièces de 1/10 écu en argent doré, c1690

 

 

 

La médaille de mariage
 

La treizaine de mariage a été remplacée vers le début du 19ème siècle par une médaille de mariage, également appelée "pièce de mariage" gravée avec les noms du couple et la date de la cérémonie. 

La médaille de mariage, généralement en argent, était bénie avec les alliances par le prêtre lors de la cérémonie de mariage. Après la mariage, la médaille de mariage était quelquefois montée en broche ou en pendentif et portée par la femme.

De nos jours, dans certaines villes, une médaille de mariage, souvent en bronze, est offerte au couple par le maire après la cérémonie.

 

 

 

 

 

Médaille de mariage en or, gravé par Vernon


 

 


Médaille de mariage en argent

 


Médaille de mariage en argent
gravé par Vernon


Médaille de mariage en argent

 


 

 


Grande médaille de mariage de chatelain en or


Grande médaille de mariage de chatelain en or

Grande médaille de mariage en or

 

A l'origine une médaille de présentation en or du couronnement de Charles X en 1825, cette médaille a été gravée en 1876 pour célébrer le mariage du châtelain Eudoxe Regnouf de Vains avec Isabelle Poujol d’Acqueville


 


Tranche gravée de médaille en or célebrant le mariage du chatelain du Pannelier (50)
Eudoxe Regnouf de Vains et Isabelle Poujol d’Acqueville le 1ér février 1876

 

 

 

   


Médaille de mariage en argent
gravé par Petit

 
         

 

 


Médaille de mariage en argent, uniface, 
gravée par Matteila.  La bordure en lierre
signifie l'amour : "je m'attache où je meurs"

Médaille de mariage en argent


 

 

 

 


Médaille de mariage en
argent gravé par Gayrard

Médaille de mariage
en vermeil


Médaille de mariage
en argent


Médaille de mariage
en argent

 

 

 


Médaille de mariage en argent - avers

Médaille de mariage en argent - revers

Médaille de mariage en argent - avers et revers
-

           


Médaille de mariage
"Fidelité  Bonheur" en
argent gravée par Petit


Médaille de mariage en
argent gravée par Petit

 


Médaille de mariage

en vermeil

 


Médaille de mariage en
argent gravée par Montagny

 


médaille de mariage en
argent
gravé par Montagny

 

 

 

 


Médaille de mariage en argent
gravé par Dropsy


Médaille de mariage Semper (toujours)
en argent gravé par Oscar Roty, 1895


Médaille de mariage en vermeil

 

 

 

 


Médaille de mariage en argent - 1914 - gravé par P. Lenoir

Médaille de mariage en argent - 1914 - gravé par P. Lenoir

Médaille de mariage en argent - 1914 - gravé par P. Lenoir

 

 

 


Médaille de mariage en or, 1912, recto, gravé par Dropsy


Médaille de mariage en or, 1912, recto, gravé par Dropsy

Médaille de mariage en or, 1912, gravé par Dropsy

 

 


Médaille de mariage moderne en métal argenté offerte par le maire et le conseil municipal de Carcassonne

Médaille de mariage moderne en métal argenté offerte par le maire et le conseil municipal de Carcassonne

Médaille de mariage moderne en métal argenté offerte par le maire et le conseil municipal de Carcassonne

 


Médaille de mariage en argent, fabriquée en Hollande par Pieter van Abeele circa 1657 et collectée dans le nord de la France (Béthune), 83 mm

 

recto

"Oprechte Liefde Tusschen Man en Vrouw
Duurt Eewiglyk Wel Zalig is de Trouw"


"L'amour véritable entre un homme
et une femme est éternel, béni soit la fidélité"

verso
"Het Huwelyck is Goddelyke van Aart
Wanneer men Tsaam Vyt Reine Liefde Paart"


"Le mariage est une institution divine
lorsque des personnes réunissent avec l'amour pur "

 

 

 

La coupe de mariage

 

Dans certaines régions, notamment en Bourgogne, on offrait au couple une coupe de mariage en argent pour boire lors de la cérémonie; pour les familles moins fortunées la coupe était en étain.  La coupe de mariage était généralement gravée avec le nom de l'épouse ou ses initiales.   Cette coupe de mariage était ultérieurement utilisée lors des baptêmes et communions et eventuellement posée devant le cercueil du défunt et remplie d'eau bénite...


Coupe de mariage Bourguignonne c1780, argent


Coupe de mariage Bourguignonne 1855, argent

 

 

 


Coupe de mariage en argent, non gravé avec
les initiales du couple,
 à noter le motif de jarretière

 


Coupe de mariage en argent, dé-gravé pour effaçer
les initiales du couple,
 à noter le motif de jarretière

 

 


Tasse de mariage en argent

 

 


Mariage Bressan

 

 


Mariage

 

 

 


Mariage - photographe Godart à Lille

 


Mariage, photographe Henckendorn à Colmar

 

 

 

1 :   CATOIRE, Christine., Treasures of the Black Death, The Wallace Collection, 2009
2 :   LE BRETON, Gaston., Inventaire des bijoux et de l'orfèvrerie appartenant à Mme. la Comtesse de Sault, Imprimerie Nationale, 1882
3 :  
FLORANGE, Jules., L'amour et le mariage dans la numismatique, Chez l'auteur, Crépin-Leblond, 1936   **

 

Contenu

alliance, mariage en or, bague de fiançailles, bague de foi, bague à la Duchess Anne, alliance en or,  ivoire de Dieppe, argenterie, métal argenté, argent massif, ménagère en argent, manche à gigot, pelle à tarte, pince à sucre, louche, cuillère à ragout en argent XVIII, sucrier en argent, service de baptême en argent, théière en argent, rince doigts en argent, Christofle, Tiffany, Têtard Frères, Fabergé, Mappin and Webb, cafetière en argent, chocolatière en argent, plateau en argent, argenterie art déco, argenterie art nouveau, manches a côtelettes en argent, service à découper en argent, service à confits, cuillère à Absinthe, saupoudreuse en argent, passe thé en argent, verseuse en argent, casserole en argent, bijou régional, bijoux régionaux, bijoux et orfèvres en Haute-Normandie, bijoux des régions de France, costume régionale, coiffe, Streeksieraden in Zeeland, Freisland,  bijoux de deuil, bague de deuil, collier de deuil, bague en cheveux, bracelet de deuil, bracelet en cheveux, collier en cheveux, croix de deuil, bijoux en jais, boucles d'oreilles en jais, parure de deuil, broche de deuil, broche en cheveux - Les ouvrages en cheveux par Andrée Chanlot - antieke sieraden - bague de foi, alliance de mariage, bague de fiançailles, bague marguerite, bague diamant, bague normande, bague capelet, bague tank, bague de deuil, bague des tranchées, bague des poilus, bague en aluminium, bague romaine, bague pensée, bague toi et moi, bijou régional, bijoux régionaux, les bijoux traditionnels Français, bijoux et orfèvres en Haute-Normandie - bijou normand - bijoux normands - boutons de manchettes or anciens, bouton manchettes argent, chevalier or, chevalier ancien, bague intaille or, boutons de col, boucles de chaussures argent et strass, boucle de col, agrafe de corporation, étui à cartes de visite, étui à allumettes, montre gousset, chaine de montre, bijoux de chasse, bijoux masculins, bijou régional, bijoux régionaux, les bijoux des français, boucles d'oreilles Milanos, pendants d'oreilles Milanos, boucles d'oreilles jais, boucles d'oreilles de deuil, boucles d'oreilles anciennes, boucles d'oreilles en or, boucles d'oreilles régionaux, boucles d'oreilles normandes, boucles d'oreilles Poissards, boucles d'oreilles sablais, boucles d'oreilles en filigrane, boucles d'oreilles savoyards, boucles d'oreilles créoles anciennes, boucles d'oreilles provençales, boucles d'oreilles auvergnats, boucles d'oreilles bretonnes - bracelet ancien, bracelet tank, bracelet époque Restauration, bracelet art nouveau, bracelet art deco, bracelet régional, bracelet grenat, bracelet provençal, bracelet normand, bracelet savoyard, bracelet breton, bracelet de deuil, bracelet de baptême, bracelet de communion, bracelet en cheve<